kendo peinture fraiche graffiti bordeaux
HOMMAGE À MATHIEU 100X170cm.2009.

Développant depuis  plus de quinze ans un langage graphique urbain usant des codes du graffiti,(usage de l’aérosol, calligraphie, communication…), après avoir décoré de nombreux murs, Kendo, membre fondateur du collectif Peinture Fresh, approche les galeries en 2003 et y intègre une dimension plastique à l’aide de différents médiums.

 

Il profite des espaces clos pour explorer la tri-dimentionalité et crée un univers personnel par le biais de peintures et d’installations.

 

Avec ses formes généreuses, ses couleurs pétillantes et lumineuses,inspiré par les nuits brésiliennes, nourri de nombreux voyages à travers le monde et fasciné par l’esthétique des parures tribales, l ‘artiste nous transporte dans un carnaval psychédélique le jour et un univers incandescent quand vient la nuit.

 

Oubliant les lois physiques d’un monde réel, le public évolue alors dans un contexte où la poésie onirique de Kendo donne à voir les images de ses rêves les plus lointains.

Bulles,cercles, traits dynamiques, couleurs en ébullition, coulures, tags, et splashs s'enlacent dans un magma ou la vie prend naissance et nous ramène à un big bang pictural…

Du sensible à l’intelligible il n y a qu’un pas…


2010 - TRANSFERT - 2016

Initiée par une quinzaine de graffeurs, fidèles à leur volonté de surprendre et d’évoluer, TR4NSFERT est une exposition hors norme dans un lieu magique chargé d’histoire et d’avenir, orchestré par la crème du street art bordelais : Peinture Fraiche, Les Frères Coulure, Club Mickey, 777 Army... Basé aux VIVRES DE L’ART, résidence d’artistes aux Bassins-à-Flot dirigée par le sculpteur Jean François Buis- son, TR4NSFERT, est un rendez-vous printanier incontournable de l’art alternatif. Il voit cette année les peintres et graffeurs sortir des murs, du cadre entoilé et du white cube pour apposer leur griffe sur d’autres médiums : sculptures, vidéos, installations interactives, land art, mobilier, performances...Tout y passe dans un joyeux chaos frénétique.

A chaque artiste son espace, qu’ils investissent du mur au plafond ! TRANSFERT grandit chaque année dans la durée et dans le lieu, après s’être installés dans la galerie principale des Vivres, puis dans son jardin secret, la quatrième édition de TR4NSFERT aura pour lieu d’accueil l’ancien bâtiment des Vivres de la Marine, classé monument historique, datant du XVIIIème siècle, avec une surface de plus de 700m2 qu’ils vont revisiter entièrement.

NEBULAE1 100X170cm.
NEBULAE1 100X170cm.
SEVONE stardust 100X170cm
SEVONE stardust 100X170cm
Loin de Port Moresby- technique mixte sur toile 150x1200cm.
Loin de Port Moresby- technique mixte sur toile 150x1200cm.

DIVERSIONS @ AGEN

AZOT: "C’est au centre culturel André Malraux d’Agen que nous avons présenté Diversions, une exposition collective regroupant les œuvres de plusieurs artistes issus à la base du milieu graffiti, choisis et mis en place par Kendo, graffeur bordelais faisant parti du collectif Peinture Fraîche.

Cette exposition s’est tenue du 11 avril au 14 juin 2013.

Ce fut un événement majeur dans sa saison avec une exposition originale dans la région, consacrée au street art ou plutôt à des peintres et sculpteurs issus de ce mouvement.

Un regard différent avec ces 8 artistes, Azot, Guga, Odeg, Siker, Jone, Kendo, Trakt et Crewer, et au-delà de participer d’une diversité géographique et générationnelle, l’exposition Diversions présente les différentes branches dans lesquelles s’épanouissent des artistes passés par la case graffiti. En effet, cette manifestation a mis en lumière plusieurs branches.

Au menu : sculptures, travaux infographiques, animation vidéo, installations, tableaux, tatouages.
Le dénominateur commun est le street art, mais ces artistes ont poussé leurs recherches via d’autres médiums, au fil de leurs années de pratique, et développé leur personnalité, tant sur le fond que sur la forme.
C’est toute la richesse et la force créatrice du mouvement graffiti qui confirme là sa compétitivité dans le domaine des arts visuels populaires et contemporains. 

 

Un grand merci à Marie-Annick et toutes les personnes qui travaillent au centre culturel André Malraux. Désolé de ne pas citer tout le monde mais je ne vous oublie pas… Merci Rachid pour l’installation, tu peux pas test… Big up à tous les artistes avec qui j’ai partagé l’aventure…"

MERCI A TOI.

NEBULA @ DAX

En 2012, pour ma deuxième expo-solo, j ai été invité par le musée de Borda de la ville de DAX.

intitulée "Nebula" cette exposition présentait mon travail sur toile muri et abouti que j' avais pu mener durant mes deux ans au Brésil, nourri du quartz des chapadas, des étoile du Nordeste et de lectures passionnantes. l'accrochage, la communication et l’accueil furent menée avec un grand professionnalisme par toute l' équipe du musée avec qui j' ai beaucoup appris.

OENCONTRO 2009

 Janvier 2005, trois graffeurs français du collectif Peinture Fraîche basé à Bordeaux vont à la découverte du Brésil à travers la peinture de rue. Très vite une fusion franco-brésilienne se crée autour d’un mur en hommage aux victimes du Tsunami qui avait frappé l’ Asie quelques jours auparavant.  

                 Durant trois mois, au fil des rencontres, de la jungle bétonnée de Sao Paulo à la moiteur envahissante de Manaus, des amitiés se créent autour d’expériences partagées.  

De ces échanges découleront des allées et venues des artistes des deux pays.

                Seth de son coté édite le livre « globe painter » relatant son tour du monde qui commence au Brésil. Au même moment Ramon Martins expose dans diverses galeries européennes.

Suite a ces liens, et sachant que l'année de la France aurai lieu en 2009, Kendo qui vit alors au Brésil pense a inviter  ses amis des deux pays.

 

 

                 

     Brasilia, le 5 Mai 2009, soleil de plomb au coeur de la saison sèche, terre battue façon Roland Garros, ici pas de cocotier, encore moins la plage : juste du béton, une ville crée sur l'idéal de nos chères citées dortoirs dans la même lignée que le Corbusier, par l'architecte Oscar Niemeyer. Résultat: une ambiance étrange où la vie dans la rue peine à trouver sa place, beaucoup de "pixacaos" mais on est loin du style de Sao Paulo ( chaque ville du Brésil possède un style de base sur lequel viennent jouer les "pixadores" et développer leur phases, comme chez nous dans les lettres sauf qu'ici c' est l'emplacement géographique qui définit le style-surement les restes d'une époque où internet n'était pas à la portée de tous...). 

Pour trouver la vibe, direction les banlieues où l' ambiance est un mélange entre les Halles et la troisième avenue de Harlem, on y trouve tout et n'importe quoi, et chaque corner possède sa fresque ou au moins son lettrage coloré.

 

                                     La ville du pouvoir ou sont concentrées toute les institutions abrite ironiquement en ses banlieues un des viviers les plus respectés du Hip-Hop : un hip- hop à très haute conscience sociale, dont les acteurs sont fortement engagés dans les actions communautaires, comme c' est souvent le cas au Brésil. 

Guidés par  Soneka et Satao du DF ZULU, groupe multidisciplinaire crée en 1989, reconnu internationallement pour les talent de leurs breakers, nous arpentons la ville et ses alentours entre pièces, fresques et cervejas...boire beaucoup car la sécheresse commence à nous donner des maux de tête...

Kendo, français qui erre aux quatre coins du Brésil la moitié de l'année à profité de "L'Année de la France au Brésil" pour inviter ses amis a se faire un bon gueuleton de peinture: 6 français ( Crewer, Dem, Jone, kendo, Seth et Trakt ) et 1O brésiliens (Binho, Bonga, Dalata,Guga Baygon, Hyper,R.martins, Onio, Rivas, Shock maravilha et Soneka )

La "Seleçao" est formée pour une résidence de deux mois et proposer à la population locale un kaléidoscope de murs,d' expositions,d' ateliers socio-éducatifs et de débats autour du graffiti.

 

                               Cinq semaines auront été nécessaires à la production des oeuvres, toutes aussi variées les unes que les autres: Seth et Dem attaquent un mur sans maquette, directement à la bombe crachante alors que Shock Maravilha s'enferme dans la scierie et façonne jour après jour son toy géant fait de bois et de matériaux de récupération; Hyper, le bonz atomik, compose avec patience un mandala évoquant à la fois les origines amazoniennes et le devenir numérique de son pays et de son peuple; Ramon, Dalata et Binho partent dans leurs univers fantastiques peuplés d'animaux étranges et bioniques shootés aux vapeurs de sprays,  tandis que Kendo s'envole dans une constellation de tags et de bulles; Jone crée une installation afin de dénoncer les problèmes liés à la culture du Bioéthanole qui malgrés ses promesses base son économie sur un esclavage moderne et la déforestation de l'Amazonie; Guga Baygon, à la manière d'un George Amado nous dépeint les légendes de la puissante culture nordestine ( cette côte où débarquaient les esclaves africains chargés de leur mysticisme dont découleront entre autre la Macumba et la Capoeira, adaptations maquillées de leurs traditions originelles, mieux tolérées par le "maître" ); Onio et Trakt travaillent la ligne dans leurs compositions abstraites, à en perdre la boule...

Au final, tout ce que la région compte de zulus, de punks, de rockabilly, d'artistes, et de "streeteux"mais aussi d'amateurs d'art contemporain, se retrouve le soir du vernissage pour partager cette expérience visuelle avec nous dans une ambiance festive grâce au talent des DJ's et des Breakers venus chauffer la soirée.

 

            Une détonation culturelle qui fit beaucoup de bruit dans le coin...

 

                               Gros repos dominicale autour d'une "feijoada" ( une autre tradition d'esclave, plat national constitué de haricots rouges, de viande porc et de manioc), avant d' entamer pour deux semaines les 2500m2 de murs extérieurs du centre culturel Renato Russo accueillant cette exposition. un mot d'ordre:insuffler la vie sur les murs, colorer, s'hydrater et pas flipper sur les échafaudages branlants! 

Après deux semaines de fresque nous avions pris autant de couleurs que les murs. Résultat: un cocktail fruits de la passion tropicale posé dans cet ensemble de béton brut: jaunes citron, turquoises caraïbes, verts amazoniens, fuchias sexys et blancs étincelants; quelle aubaine pour nous,  peintres échoués dans cette sécheresse désertique, une caipirinha sucrée offerte à la population.

                               Deux semaines à insuffler à la rue notre vibe de graffeurs en soif de rencontres pour échanger,trinquer, tatouer, blaguer dans une culture Brésiliennes plus que puissante avec un peuple aux milles reflets. Deux mois à peindre, partager, apprendre, comprendre ce pays qui nous a accueilli à bras ouverts...A nous d'en faire autant....A suivre...

 

sculpture et toile 2010
sculpture et toile 2010


Peintre muraliste, Kendo travaille la lettre occidentale depuis 1993 cherchant à mettre en exergue ses points de tension et ses dynamiques. Avec ses couleurs, ses textures et son sens artistique il cherche à intégrer au mieux sa pratique à l’environnement. Cette dernière, parfois enrichie par des illustrations lui permet de rendre son message plus explicite lorsqu’elle prend lieu dans l’espace public. Cette recherche vise a insuffler un souffle de poésie et de vie au sein d’une urbanisation souvent grise et aseptisée.

 


Télécharger
telechargez le book
OK KENDO LIVRE A4-2015.pdf
Document Adobe Acrobat 5.3 MB